À chaque étape de la vie d’une entreprise correspond un besoin de financement particulier. Ainsi, le capital-risque finance le démarrage de l’activité et ses premiers besoins, le capital-développement finance les développements de l’entreprise et des besoins plus conséquents.

Le capital-risque est un investissement, généralement sous forme d’argent, apporté au profit d’une jeune entreprise par des investisseurs. Ce financement prend la forme d’une prise de participation au capital de ladite entreprise.

Pour les investisseurs, le capital-risque permet d’apporter du capital, un réseau et de l’expérience au profit d’une entreprise naissante, innovante et au futur prometteur. Au moment de sa création, une entreprise a besoin de capitaux pour financer sa phase d’amorçage (réalisation de prototype, développement d’un service, communication, publicité…).

Le capital-risque permet de faire entrer des investisseurs au capital de la société pour augmenter les capitaux de l’entreprise. Le principal risque pour les investisseurs est de ne jamais trouver acquéreur pour revendre leurs actions si l’entreprise ne se développe pas, ou de tout perdre si la société est dissoute. Néanmoins, les gains dont ils peuvent bénéficier sont susceptibles de dépasser leurs espérances si l’entreprise connaît le succès escompté. Pour les entreprises, le capital-risque leur permet de bénéficier de fonds à un stade de développement où il est souvent difficile d’obtenir des prêts bancaires.

Le capital-risque concerne seulement les opérations en fonds propres dans les entreprises innovantes en création ou les jeunes entreprises à fort potentiel de croissance.

Capital-risque : financer le risque des débuts

Le capital-risque finance se décompose en deux types de financement :

  • Le capital amorçage (seed capital) : intervention avant ou juste au début du démarrage de l’activité d’une nouvelle entreprise.
  • Le capital création (start-up) : financement au démarrage de la nouvelle entreprise ou pendant son premier développement.

Le terme « risque » prend toute son importance, car les investisseurs interviennent au moment où les chances de survie de l’entreprise sont les plus faibles. De ce fait, les retours sur investissement, s’il y en a, sont d’autant plus importants.

Les acteurs du capital-risque

  • Des personnes physiques semi-professionnelles qui décident elles-mêmes de leurs investissements.
  • Des fonds gérés par des équipes professionnelles.

Les avantages du capital-risque:

  • soutenir l’innovation.
  • possibilité de « dénicher une pépite ».
  • vivre une aventure entrepreneuriale.
  • transmettre son savoir.
  • retour sur investissement élevé en cas de succès.
  • avantages fiscaux.

Les risques du capital-risque

  • perte de l’investissement dans de nombreux cas
  • risque de dilution après plusieurs levées de fonds dans la même société
  • être prêt à faire plusieurs levées de fonds dans la même société.

L’appellation « capital-risque » ne concerne pas les besoins qui interviennent, car l’entreprise a une durée de vie déjà longue et le risque est moindre.